Janvier 1910…

27032013

stcharles3.jpgstcharles2.jpgstcharles1.jpg

Trois cartes-postales anciennes représentant une partie de la rue Saint-Charles (Paris 15ème), vers son carrefour avec la rue de l’Eglise. Nous sommes en janvier 1910 lors de la crue légendaire de la Seine. Elles ont été prises au même endroit toutes les trois et sans doute à la suite. 

 

 

 

 




Une sélection de clichés anciens sur les portes de Paris…

22032013

 Ils datent tous des années 1905/1910. 

Une sélection de clichés anciens sur les portes de Paris... porte-chaumont-vers-1910


porte-de-bagnolet

porte-de-flandre

porte-de-la-villette

porte-pre-st-gervais

porte-des-lilas

019




Septembre noir…

20032013

boileau1.jpgboileau2.jpg

La rue Boileau près de son intersection avec l’Avenue de Versailles, près du lieu-dit « Le Point-du-Jour » (actuelle place Paul Reynaud). En 2011 qui imaginerait qu’en 1943,  une bombe tomba au beau milieu de la rue ?

J’ai déjà évoqué il y a quelques mois sur ce Blog, les bombardement de septembre 1943 qui touchèrent le sud du 16ème arrondissement. On sait que les raids des forces aériennes anglo-américaines visant notamment les usines Citroën et Renault, furent fort imprécis. Ils causèrent des pertes considérables sur la population civile.

Le bombardement du 3 septembre 1943 causa la mort de 30 personnes et fit 220 blessés pour le quartier d’Auteuil. Mais d’autres endroits de Paris furent touchés en cette matinée de septembre: la station de métro «  Balard », la rue Lecourbe,  la rue du Cherche-Midi (6ème, se trouvant pourtant très loin du lieu précédent), la rue de l’Abbé Grégoire, le Boulevard Montparnasse, la rue de Rennes…

Le 15 septembre 1943, est également un jour à marquer d’une pierre noire. Paris en fin de journée connu un vaste bombardement. Pour le 16ème, 75 points de chutes de bombes furent relevés, ce qui causa 36 morts et 75 blessés. Mais la surface d’action des avions fut plus étendue. Ainsi Courbevoie, Sèvres, La Garenne-Colombes, Issy-lès-Moulineaux subirent des dommages…

Il faut lire le livre « Paris. Auteuil sous les bombes. Septembre 1943″, de MM. BOIRY et de SALVATORE, paru chez L’Harmattan en 2000. Il est d’une précision très utile.

Voici donc quelques photos de ces journées sombres.

coin1.jpgcoin2.jpg

A l’angle de la rue Daumier et de l’avenue de Versailles, on trouvait une pâtisserie, et plus loin sur la gauche, l’Ecole communale de filles et un Bureau de Poste. L’immeuble fut littéralement soufflé ! Après-guerre on construisit un petit ensemble scolaire sans doute fonctionnel mais peu esthétique. J’ai souligné en orange l’immeuble de l’Ecole, le seul qui en réchappa.

A noter qu’aujourd’hui on peut voir sur la facade de l’immeuble faisant face à la pâtisserie détruite, des dizaines d’impacts, masqués à la hâte.

Ajout: cet immeuble a été entièrement ravalé en février/mars 2013: les impacts ne sont désormais plus visibles. 

lemarois1.jpglemarois2.jpg

Une autre vue du même endroit. Au fond de la photo, on peut deviner le pont métallique du viaduc d’Auteuil qui venait couper le carrefour Exelmans/Versailles.

versailles1.jpgversailles2.jpg

Un immeuble de l’avenue de Versailles, se trouvant tout près de l’actuel magasin Bricolex. Seul son premier étage a pu être sauvé. On comprend pourquoi ! Il a été reconstruit en 1952

 




Autres vues de la grande inondation de 1910…

17032013

Quelques photographies intéressantes. Tout d’abord voici la tranchée du chemin de fer de Ceinture à la gare de Grenelle (actuellement « Javel », où passe notre RER C). Le pont à droite est le pont Mirabeau. Le second cliché représente l’ancien Pont de Grenelle (évoqué largement sur mon blog). nous regardons vers le 16ème arrondissement. L’immeuble à gauche existe toujours; celui à droite, fort disgracieux, occupe l’emplacement actuel de la Maison de Radio-France; il cache l’usine à gaz d’Auteuil toujours en fonction à cette époque. Les troisième et quatrième vues  se situent avenue de Versailles à la hauteur du pont du chemin de fer de Ceinture (qui existe toujours, et sur lequel passe le RER C).  Les bâtiments à gauche ont été remplacés par l’enceinte des jardins de la Maison de Radio-France. 

Autres vues de la grande inondation de 1910... 015

pg1910

av1910

017

 




1889…

14032013

L’Exposition Universelle de 1889, se déroula à Paris du 6 mai au 31 octobre. Elle reçut la visite de 32 millions de personnes. Avec 61 700 exposants elle s’étendait sur 50 hectares et située au Champ-de-Mars. Précisons que l’ancien Palais du Trocadéro fut construit pour la précédente, celle de 1878. La Tour Eiffel en formait le centre.

1889... affiche-1889

                                                                                                                   Une vue aérienne prise depuis un ballon. Photo du dessous: une vue réalisée depuis le Champ-de-Mars. Au fond, on peut voir le dôme du Pavillon central. Au premier plan, un visiteur semble contempler la toute nouvelle Tour Eiffel…vue-aerienne

1889




La curieuse tour de la rue de la Tour (16ème)….

13032013

Sur cette vue qui date de 1913, on peut voir cette tour située au  n°86 de la rue (elle n’est  plus visible aujourd’hui caché par l’immeuble d’une école privée). A cet endroit s’élevait au XIVème siècle le château de la Tour. Cette tour est à l’origine un vestige de cette demeure disparue. Elle aurait servi de prison, puis fut transformée en moulin. Très remaniée par deux fois (sous le Premier Empire et en 1897) ont l’a affublée d’une apparence moyenâgeuse; pour la rendre plus authentique ?

La curieuse tour de la rue de la Tour (16ème).... rue-de-la-tour-1913



Hommage aux Résistants morts pour la France !

11032013

Hommage aux Résistants morts pour la France ! snb18468

Au n°5 de la paisible rue Edmond-Roger (ouverte en 1927 et située tout près de la place Violet, 15ème),

se trouve cette imposante plaque commémorative.

snb18469




Retour sur l’inondation de Janvier 1910 (16ème, Passy et Auteuil).

10032013

Une série qui vient compléter celle déjà diffusée ici. Le quai Debilly (16ème) est une partie de notre avenue de New-York (segment compris entre le pont d’Iéna et le pont de l’Alma). Sur la cinquième carte-postale (rue Gros / angle rue de Boulainvilliers) on peut apercevoir les cheminées de l’usine à gaz qui se trouvait à l’emplacement de l’actuelle Maison de Radio-France.

Retour sur l'inondation de Janvier 1910 (16ème, Passy et Auteuil). quai-de-passy1quai-de-passy-2quai-debillyrue-gros1rue-gros2rue-gros3




Le premier Hôtel du Louvre…

8032013

Créé en 1855 sous le Second Empire, cet hôtel se trouvait jusqu’en 1875 de l’autre côté de la Place du palais-Royal. Dès 1855, un certain Alfred Chauchard s’associe avec deux autres personnages afin de louer le rez-de-chaussée de cet hôtel. Ils créent les « Galeries du Louvre » qui prendront plus tard, devant le succès croissant, le nom de « Grands Magasins du Louvre ». En 1865, cette société emploie 2400 personnes et elle rachète bientôt l’Hôtel du Louvre, avant de le transférer dix ans plus tard au lieu où il se trouve encore de nos jours. Elle agrandit considérablement le bâtiment d’origine. L’entreprise est florissante.

En 1943, le bâtiment sera incendié par la chute d’un bombardier anglais. Les Grands Magasins du Louvre disparaîtront définitivement en 1974, laissant la place en octobre 1978 au « Louvre des Antiquaires ».

J’ai parlé ici du « crash » des braves aviateurs anglais morts pour la France: http://lesphotosdedaniel.unblog.fr/2010/04/20/morts-en-mission/

Sur la destinée de ce bâtiment: 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Grands_Magasins_du_Louvre

Vers 1905…

Le premier Hôtel du Louvre... grands_magasins_du_louvre

En 2010…

place-palais-royal




Le réseau du Métropolitain en 1937…

4032013

Un plan de l’ensemble du réseau comprenant les stations fermées depuis (telles que « Champ-de-Mars », « Croix-Rouge »), et celles qui ont changé de noms (« Marbeuf », « Obligado », « Beaugrenelle », « Torcy », « Lancry »…). A noter le slogan se trouvant en bas du plan: le voyageur « ne subit qu’un retard moyen de 1 minute par 1.000 kilomètres parcourus ». Une affirmation qui fait sourire aujourd’hui quand on connaît la multitude d’incidents que connaît l’usager en une seule journée !

(Cliquez sur le plan afin de l’agrandir).

Le réseau du Métropolitain en 1937... reseau-metro-en-1937-avec-les-stations-fermees-aujourdhui-et-anciens-noms




La demeure parisienne d’un grand écrivain (4 et fin).

3032013

Dans quelques mois, je diffuserai en ligne quelques nouvelles photos de cet endroit charmant, prises durant la période estivale.La demeure parisienne d'un grand écrivain (4 et fin). snb19797

 La très étroite rue Berton.

snb19782Buste d’Honoré de Balzac dans un coin du jardin de cette maison. L’auteur de « Facino Cane » et des « Secrets de la princesse de Cadignan » peut ainsi,

tout à son aide, observer les visiteurs qui viennent découvrir les lieux…




La demeure parisienne d’un grand écrivain (3).

3032013

Encore quelques clichés de cette série intemporelle; ils été réalisés le 1er février 2013.

La demeure parisienne d'un grand écrivain (3). snb19792 Sortie sur la rue Berton.

snb19793Borne très ancienne se trouvant  immédiatement à droite de la précédente sortie.




La demeure parisienne d’un grand écrivain (2).

3032013

Suite de notre visite chez l’auteur du « Père Goriot », des « Illusions perdues », de « La Duchesse de Langeais » et de bien d’autres romans… Ajoutons que Balzac quittera cet endroit pour demeurer de 1847, jusqu’à sa mort , survenue le 18 août 1850, en son hôtel de la rue Fortunée, devenue « rue de Balzac », dans le quartier Beaujon, 8ème arrondissement. Cette maison n’existe plus; elle a été remplacée par l’hôtel Salomon de Rothschild (c’est là que sera assassiné en 1932 l’infortuné Paul Doumer, Président de la République).

La demeure parisienne d'un grand écrivain (2). snb19784Un coin du jardin.

snb19777L’entrée donnant sur la rue Berton. Au fond on aperçoit l’hôtel de Lamballe.




La demeure parisienne d’un grand écrivain (1).

1032013

La demeure parisienne d'un grand écrivain (1). snb19774

Vue d’ensemble.

Dans le 16ème arrondissement, Rue Raynouard, qui s’appelait autrefois « rue Basse », se trouve au n°47, la maison d’Honoré de Balzac (1799-1850). Celui-ci a occupé une partie (un appartement de 5 pièces en rez-de-jardin) de cette charmante maison de 1840 à 1847. A l’époque, le village de Passy, était en-dehors de Paris, et formait un coin champêtre et discret; particulièrement pour un écrivain poursuivi par ses créanciers. N’est-ce pas Honoré ?

Un endroit à visiter sans hésiter ! 

Je vous conseille d’achever votre excursion en passant par la très pittoresque rue Berton, anciennement appelée « rue du Roc » et de passer par le rue d’Ankara où vous pourrez apercevoir l’élégant hôtel de Lamballe, actuellement ambassade de Turquie.

snb19776Un cliché pris depuis le haut du perron donnant sur la rue Raynouard.




Sur le viaduc d’Auteuil…

1032013

Sur le viaduc d'Auteuil... 01-1910-2

Durant la grande inondation de janvier 1910, les éboueurs ne pouvaient plus accéder aux décharges à ordures situées autour de Paris. Voici deux clichés qui montrent les tombereaux de déchets déchargés dans la Seine, coté sud, en direction d’Issy-lès-Moulineaux/Meudon. A noter que ce pont était le dernier de Paris, dans le sens du fleuve. D’où sans doute son utilisation pour cette gigantesque corvée ! Le bâtiment carré que nous apercevons au loin sur le premier cliché est la caserne du bastion de la porte du Bas-Meudon. Toujours visible de nos jours, il se situe près de l’Héliport de Paris.

f1







Martinisme-Les Serviteurs I... |
debarquement2009 |
histoire/géographie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | De la guerre dans l'art, de...
| Anglais pour non-spécialist...
| videohistgeo6eme