• Accueil
  • > Recherche : paris second empire

PARIS d’hier et d’aujourd’hui (73).

11062014

placestmichelvers1910.jpg

 La placeSaint-Michel que nous connaissons date du Second Empire. Elle fut formée entre 1855 et 1860. Le boulevard Saint-Michel date de la même époque ; Antérieurement, la seule grande artère était la rue de la Harpe, remodelée en partie en 1851. La première place Saint-Michel se trouvait au débouché de la rue Monsieur le Prince, à l’emplacement de la Porte St-Michel de l’enceinte de Philippe-Auguste (démolie en 1679), et la partie sud de la rue de la Harpe qui a disparue par le percement du boulevard Saint-Michel et dont ce dernier occupe sensiblement le tracé à cet endroit. La première photo représente la place Saint-Michel vers 1910 alors que l’on effectue les travaux du Métropolitain; la seconde est prise en 2008.

placestmichelen2008.jpg

 

 




Un endroit disparu : la « Cour du Dragon »…

13102013

courdudragon1910.jpg

Au n°50 de la rue de Rennes, Paris 6ème, se trouvait jusqu’en 1935, la pittoresque mais très historique « Cour du Dragon ». Edifiée à partir de 1730, elle devait son nom à la sculpture (oeuvre de Cartault, 1735)  qui surmontait son entrée. Cet endroit unique, qui avait échappé à la démolition avec le percement de la rue de Rennes, sous le Second Empire, fut classé monument historique en 1920. Puis,  la Cour fut simplement rasée de 1930 à 1935. Un immeuble tout à fait quelconque la remplaça en 1957.  Ce fut le fameux immeuble du Monoprix. Vers 1995/ 2000 un élégant bâtiment (mais sans caractère aucun) fut construit à sa place. On y apposa, comme un hommage symbolique, une réplique de la statue de Cartault au-dessus de son porche. L’original classé en 1943 se trouve à présent au Musée du Louvre.

Le premier cliché représente la « Cour du Dragon » en 1910; le second est pris sur le même emplacement en 2010.

snb11964.jpg




Un (véritable) immeuble « Haussmannien »…

16112011

snb17944.jpg

Cet immeuble qui fait l’angle du boulevard Saint-Michel et de la rue Saint-Séverin (Paris 5ème) date véritablement du Second Empire; il a été édifié lors de l’ouverture du Boulevard en 1855 par le Baron Haussmann. J’apporte ces précisions car dans l’esprit de beaucoup de parisiens, tous les immeubles en pierres de taille, postérieurs au Second Empire, sont trop vite baptisés « immeubles haussmanniens »…  Un bâtiment construit entre 1900 et 1930, ne peut l’être. Par contre un immeuble édifié entre 1852 et 1870, correspond parfaitement à cette appelation.  




Paris d’hier et d’aujourd’hui (74).

20072010

ruelinoisen1906.bmpruelinoisen2009.jpg

Nous voici place Charles Michels (dans le 15ème). Cette place porta le nom de « Place Beaugrenelle » jusqu’au 14 juillet 1945 (Jacques Hillairet avance la date de 1944). A compter de cette date, on lui donne le nom du député communiste du 15ème Charles Michels, fusillé par les allemands en octobre 1941 au camp de Chateaubriant avec entre autres, Jean-Pierre Timbaud et Guy Moquet.

La place Beaugrenelle fut formée dès 1828, lorsque Léonard violet, assisté d’Alphonse Letellier, commencèrent à aménager la désertique et immense plaine de Grenelle.

Mais la rue qui nous intéresse est la rue Linois. La voici prise de la place citée plus haut. Elle s’appela « Rue du Pont » (normal puisqu’elle conduisit depuis toujours aux pont de Grenelle successifs. En 1864, on lui donne le nom de l’amiral Linois (un des amiraux du Premier Empire).

La première photo la représente en 1906; la seconde en 2009. Avec la construction du Front-de-Seine dans les années 1970, elle a été considérablement transformée.  J’ai surligné, à droite, en bleu et en orange, deux immeubles qui ont survécus à ces métamorphoses.




L’Opéra de Paris: le seul, l’unique !

19062010

opra.jpg

Pour moi l’Opéra, le seul, je ne ferai pas allusion à l’immense bâtiment sans caractère, bétonné à souhait qui se trouve place de la Bastille, est un des plus beaux monuments de Paris. Sa construction dut décidée par un décret sous le Second Empire, le 29 septembre 1860. C’est Charles Garnier qui remporta le concours ouvert pour la réalisation de ce grand projet. La première pierre de l’Opéra fut posée le 21 juillet 1862, mais ce que n’est que treize ans plus tard, le 5 janvier 1875, qu’il fut inauguré ! Il a été très bien restauré en 2005/2006.  Ajoutons qu’il est au centre d’un quartier profondément remodelé par le baron Haussmann, sous les auspices de Napoléon III. A titre d’exemple citons la grande avenue de l’Opéra, précédemment appelée « Avenue Napoléon » (jusqu’en 1873). Cette voie centrale fut percée entre 1864 et 1876. Cliché réalisé en 2009. 




PARIS d’hier et d’aujourd’hui (13 bis)….

13032010

laruedertfurtdanslesannes1860.jpg

Une autre vue de la rue d’Erfurt. Difficile d’imaginer que dans peu d’années (nous sommes sous le Second empire) ces maisons rectilignes feront place au boulevard Saint-Germain. Là encore, j’ai effectué un repère sous la forme d’un trait rougesur la facade sud de l’église, afin de situer ce lieu.

Le premier cliché date des années 1860; le second de 2009.

emplacementruederfurten2009.jpg




PARIS d’hier et d’aujourd’hui (13)…

13032010

vuedelaruederfurthprisedelaruedesciseauxen1866.jpg

Le quartier de Saint-Germain-des-Prés était, jusqu’à la première moitié du 19ème siècle, et comme tout le reste de la capitale, un labyrinthe de rues étroites, imbriquées les unes dans les autres. Il faudra attendre les grands travaux du baron Haussmann, sous le Second Empire, pour que de grandes voies soient tracées. La petite rue d’Erfurt, sera « balayée » par le percement du boulevard Saint-Germain.

Afin de vous repérer j’ai signalé en rouge le portisue donnant sur le côté de l’église Saint-Germain-des-Prés. Le premier cliché date de 1866: il s’agit de la rue d’Erfurt prise de la rue des ciseaux; le second de 2008, même vue en direction de l’empalcement de la rue d’Erfurt, disparue.

emplacementdelaruederfurtprisedelaruedesciseauxen2009.jpg

 




PARIS d’hier et d’aujourd’hui (10)…

9032010

ruedelecoledemdecinedanslesannes1860.jpg

Le quartier de l’Odéon fut un de ceux qui furent bouleversés par les grands travaux du baron Haussmann. Voici un troncon de la rue de l’Ecole de Médecine qui fut très modifiée par le percement du boulevard Saint-Germain, à la fin du Second Empire. Au premier plan , la maison avec sa tour, disparue elle aussi, est celle dans laquelle fut assassiné le sinistre Marat, le 13 juillet 1793, par Charlotte Corday.

Le premier cliché date des années 1860; le second de 2009. J’ai mis sur chacune des photos un repère (trait vert) pour situer l’endroit. Ce trait longe la facade de l’Ecole de Médecine qui fut construite sous Napoléon 1er et agrandie vers 1870/1880.

rueecoledemdecineen2009.jpg

 







Martinisme-Les Serviteurs I... |
debarquement2009 |
histoire/géographie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | De la guerre dans l'art, de...
| Anglais pour non-spécialist...
| videohistgeo6eme